Top Gear Super Nes

Top Gear Super Nes

Loin de la série TV à succès de la BBC qui cartonne depuis 1977, et donc à de années lumières de notre émission nationale Turbo présenté par Dominique Chapatte. La licence Top Gear s’est essayé sur console, avec un succès assez discret sur notre continent.

 

Développé par Gremlin Interactive et Kemco en 1992 et sorti sur Super Nintendo, Top Gear est un jeu de course assez similaire aux jeux de courses automobiles de l’époque. A savoir, un circuit avec des reliefs, une flotte de véhicules de sport et une mission, terminer en tête.

 

 

Pour être franc, je n’avais jamais essayé ce jeu avant cet essai. J’étais assez sceptique car je pensais que c’était juste un jeu qui surfait sur la Licence de la BBC. N’en ayant jamais entendu parler, j’insère la cartouche et lance la partie.

 

 

Une fois passé les étapes de bases, on choisit enfin son véhicule et on se rend vite compte que ce n’est pas un Gran Turismo avec un choix énorme, puisque nous avons uniquement 4 modèles disponibles. Dans ces quatre modèles qui ne sont pas sous licence (certains arrivent à trouver des ressemblances avec certains modèles réel, ce qui n’est pas notre cas…), nous allons donc devoir sélectionner notre modèle en fonction de ses paramètres. Ainsi, chacun des véhicules à ses propres spécificités. Il faut donc les départager entre la vitesse maxi, l’accélération, l’adhérence et la consommation. Vous vous doutez bien que nous avons d’office écarté le dernier critère…

 

 

Une fois cette étape passée en sélectionnant ce qui pourrait se rapprocher de loin et en fermant les yeux à une Ferrari Testarossa, voir une 512 TR, on désigne le mode de transmission souhaité entre automatique et manuel. Après avoir vu que le choix de véhicule ne venait même pas concurrencer un Gran Turismo, nous sélectionnons la localisation des courses et là, c’est assez fort puisque nous avons 8 localisations (USA, Amérique du sud, Japon, Allemagne, Scandinavie, France, Italie et Angleterre) pour un total de 32 circuits. Autant on risque de connaître parfaitement son véhicule mais on ne risque pas de s’ennuyer avec autant de pistes.

 

 

Au niveau des circuits justement, ces derniers sont très variés et relativement accessibles. Chacune des pistes sont soit plates, soit vallonnées et les décors sont plutôt agréables. Une fois en piste, on se retrouve en fin de peloton derrière 19 autres pilotes aussi bien équipé que notre bolide.

 

 

Accompagné par une superbe bande son bien variée et qui donne un certain rythme à la course, on se doit de remonter chacun des concurrents afin de grappiller chaque place qui nous mènera à la victoire. Épaulée par un kit N2O qui nous permettra d’atteindre plus de 330 km/h et d’arborer les virages à des vitesses folles.

Là ou Top Gear fait fort, c’est que chacune des voitures offrent un grip digne de deux bandes de velcro accrochées ensemble.

Les voitures ne glissent pas, ne sous-vire pas, on passe pratiquement chaque virage à fond dans une ambiance type GUMBALL!!! C’est assez intéressant puisque l’on ne s’ennuie jamais. On est toujours à fond et on essaye d’apprendre les virages afin de les anticiper au mieux. Une fois en tête de course, on se retrouve seul et on s’amuse toujours autant à rattraper les derniers et à les repasser.

 

 

Pour terminer, j’ai passé un bon moment à découvrir ce jeu qui me laissait perplexe. C’est peut-être même un des meilleurs jeux de sa génération. Amusant et offrant de réelle sensation de vitesse, c’est un pur moment de détente, pas besoin de jouer des heures pour comprendre la conduite car au premier virage on est parfaitement à l’aise.

 

 

Si vous avez apprécié cet article, partager le autour de vous afin de nous soutenir et venez nous dire en commentaire si vous avez déjà jouer à ce jeu et ce que vous en avez pensé.

Share Button

No Comments

Laisser un commentaire