Rétro Test: MediEvil (PS1)

Tu te réveilles, peinard, et là, tu découvres que tu es dans un cimetière, pas de bol, et pire, bah t’as plus que les os et plus de viande autour! Voilà comment commence MediEvil sur Playstation, je vous raconte l’histoire?

 

 

Jeu d’action-aventure et de plates-formes, développé par SCE Studio Cambridge et édité par Sony Computer Entertainment, il sort en 1998 sur PlayStation. Il y a longtemps, le sorcier Zarok voulu régner sur le royaume de Gallowmere avec son armée, mais Sir Daniel Fortesque, champion du roi, mena les troupes de celui-ci face à cet envahisseur maléfique et gagna, malheureusement il fut blessé mortellement sur le champ de bataille. Cent ans plus tard, Zarok revient finir ce qu’il avait commencé, mais involontairement, il ressuscite aussi son ennemi, dont on apprend que la légende est usurpée. Vous incarnez donc Sir Daniel Fortesque, en quête d’une seconde chance pour redorer son blason, dans un monde en 3D, à la poursuite du sorcier maléfique.

 


 

On se réveille donc dans sa crypte, sans mâchoire et avec un œil en moins, mais toujours en armure, on y apprend des choses sur notre passé et ce qu’on doit faire pour améliorer notre futur. La crypte est un peu le tutoriel du jeu, on récupère son épée, son bouclier (qui n’est pas éternel) et même des couteaux à lancer, à l’écran, vous avez votre barre de vie, votre argent, vos armes utilisées et un calice qui sert à récupérer les âmes des ennemis vaincus et avec, pouvoir accéder au Hall des Héros et récupérer des cadeaux de ces anciens combattants. Plusieurs stèles avec des livres posés dessus vous distillent des infos sur le fonctionnement du jeu. Une fois dehors, c’est le début de l’aventure!

 

 

Votre personnage peut sauter, s’accroupir, courir et frapper avec diverses armes, on peut même charger un coup pour réaliser plus de dégâts, tout ça dans un monde semi-ouvert. L’inventaire vous permet de choisir votre arme, il y en a quelques unes, de l’épée à l’arbalète en passant par la massue et votre propre bras, vous les découvrirez dans le jeu au fur et à mesure de votre progression. Vous aurez à résoudre quelques énigmes pour ouvrir des passages ou trouver les bonnes runes à mettre dans des mains pour l’ouverture des portails mais la plupart du temps, on tabasse du méchant. Les ennemis sont nombreux et très variés, de plus leur résistance augmente au fil de votre escapade, idem pour les boss!

 


 

Niveau graphisme, c’est superbe, sombre comme on l’attendrait d’un jeu avec des revenants et pourtant, il y a aussi de la couleur, la 3D est sublime (ramené au contexte de l’époque bien évidement). L’ambiance sonore est magnifique, on sent qu’il y a eu du travail dessus, on est vraiment dans le thème du jeu. La réalisation est extra, même si la gestion de la caméra laisse à désirer, avec des mouvement fluides et une gestuelle du personnage atypique, le monde semi-ouvert aide vraiment à ce sentiment.

 


 

En clair, MediEvil est un must de la Playstation, bien installée dans nos salons depuis 4 ans à l’époque, de par sa réalisation qui est, tout bonnement nickel, son ambiance sonore et son personnage. Ce squelette nous aura bien amusé et divertit, et je pense que sa réédition à venir sur Playstation 4 devrait suivre ce chemin déjà tracé!

Nous vous le conseillons fortement!!

 

 

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager, vous abonner pour recevoir nos prochaines publications par mail et à nous rejoindre sur nos réseaux sociaux.

Autre grand jeu de la PS1, Final Fantasy VII est en test ici!!

Retro Test: Final Fantasy VII (PS1)

 

Share Button

No Comments

Laisser un commentaire