International Superstar Soccer Deluxe, les vrais débuts du foot virtuel.

ISS Deluxe, voilà LE premier vrai jeu de foot sur console de salon!!!! Ah que ça fait plaisir de vous parler d’un jeu qui m’a profondément marqué et qui m’a fait plonger littéralement dans le football virtuel. Alors à vos crampons, on est en 96 sur Super Nintendo et vous allez voir que le jeu est déjà complet.

 

Allez c’est parti la cartouche est insérée et on attend patiemment le commentateur prononcer le fameux et inoubliable « International Superstar Soccer DELUXE ». Et là, on sait qu’on a passé un cap par rapport au premier ISS.

Car KONAMI avance vite, très vite en matière de simulation de football, ce qui va nous donner, pendant les quelques années qui suivent, la domination des Pro Evolution Soccer (P.E.S.) par rapport aux jeux FIFA de E.A. Sports, qui se cherchait à cette époque.

Ce ISS Deluxe lance vraiment la course à la simulation de foot, car maintenant on maîtrise davantage de paramètres. Et on commence à passer de plus en plus de minutes à préparer son équipe type pour le match. Ce qui va déjà énerver son adversaire, car sur cette version, il n’y a pas de timing.

Par contre, on a le problème récurrent des Licences, ce qui nous donne des noms de joueurs inconnus, mais franchement, à l’époque on s’en passait facilement, car on a une multitude de données sur le joueur.

 

 

Dans les paramètres, on va pouvoir mettre en place une tactique parmi un large panel de choix et coller au plus prés de son style de jeu. La gestion des joueurs avec la fatigue qui se modernise grâce à de jolis émojis très compréhensibles.

Konami n’oublie pas nos parties en amis avec la possibilité de jouer jusqu’à 4 joueurs. Et il soigne également nos fantasmes avec la possibilité de modifier les règles du match. On peux donc se faire un spécial « Pièce du boucher » avec un match ou il n’y a pas de cartons ou pas de hors-jeu, par exemple.

 

 

Coté terrain:

On pourra choisir une équipe national comme le Brésil, l’Italie, Angleterre, France ou Argentine par exemple parmi un choix de 36 sélections. Et on a pas encore l’apparition des clubs.

 

 

Coté gameplay:

ISS Deluxe est un mélange subtil entre l’arcade et la simulation. La prise en main se fait rapidement et on va très vite tenter quelques gestes techniques comme la roulette ou la bicyclette. Le jeu va vraiment favoriser le jeu collectif, et les décalages sur le coté, pour centrer, vont très rapidement devenir une habitude pour vous. Les passes sont précises, et grâce au radar situé en bas de l’écran, vous allez vous délecter de vos longues transversales. Le contrôle du joueur est assez fluide et ses déplacements sont de moins en moins rigides.

 

 

Et comme dans beaucoup de jeux de foot, la partie la moins bien maîtrisée par les développeur est la défense. Et on s’aperçoit rapidement que tacler peut, soit blesser le joueur adverse, soit vous sanctionner d’un coup franc. Alors l’utilisation de cette technique va vite passer au second plan. Autre difficulté latente, ce sont les défenseurs qu’on ne contrôle pas directement et qui se transforment en gentil toutou suivant le joueur qui à le ballon, sans jamais tenter une interception. Le secteur défensif est vraiment à améliorer, mais bon, au moins ça laisse la place pour mettre des buts.

 

 

ISS Deluxe à vraiment marquer un tournant de le jeu de simulation foot. Il y avait vraiment un gros travail de la part de Konami sur plusieurs domaines comme l’ambiance, les commentaires, les célébrations ou le gameplay. Ce jeu respirait le Foot, et on ne se lassait pas de se refaire un petit « tournament », ce qui m’a fidélisé ensuite à l’univers P.E.S. issue de Winning Eleven  qui a suivi. Alors si vous en avez l’occasion, n’hésitez pas lancer une partie…..

 

 

 

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager, vous abonner pour recevoir nos prochaines publications par mail et à nous rejoindre sur nos réseaux sociaux.

Vous n’aimez pas les simulations? Vous préférez quand c’est rugueux? Cet article est pour vous:

Rétro Test: Nintendo World Cup (NES)

Share Button

No Comments

Laisser un commentaire