Ferrari FXXK Compétition à l’état pure

Essai de la Ferrari FXXK

Compétition à l’état pure

Upload images

Je trouve la vue arrière vraiment réussie

 

La Ferrari FXXK véritable ovni roulant dans le monde automobile tant par son design, que par ses performances d’un autre monde. Elle évolue dans la stratosphère de ce que peut faire l’automobile à l’heure actuel. Ce n’est pas simplement une évolution de la LaFerrari, le département compétition client en a fait un objet incroyable et bien évidemment, ultra performant.

 


Upload imagesBien sur ses appuis, elle ne souffre pas de sous-virage 

 

Le design :

Si il y a un point ou les avis diverges c’est bien sur le design général. En reprenant le design de la LaFerrari, elle reprend également ses lignes particulières, si je devais m’exprimer je dirais qu’il faut le voir pour le comprendre. N’étant pas fan du design de la LaFerrari lors de sa sortie, le jour où je l’ai vue et que j’ai pu m’installer à son bord, mon point de vue à immédiatement évolué et j’ai tout de suite compris l’aura qu’elle dégage à travers l’ensemble de ses lignes vouées à la performance. Est-ce parce qu’elle est un des objets les plus désirable du monde automobile ? Surement, mais il faut surtout voir et comprendre comment le design est constitué, voir le galbe des portières et ses découpes lors de l’ouverture, c’est vraiment incroyable. Nous ne sommes pas là pour parler de la LaFerrari mais de sa grande sœur, la FXXK. Cette dernière est donc la version orientée piste de la LaFerrari, il est donc normal que son design diffère par quelques éléments. Et l’élément le plus remarquant sont les deux mini ailerons arrières qui viennent en compléments de l’aileron dynamique. Une lame avant et un énorme diffuseur arrière viennent compléter cet ensemble. Les feux avant ne sont plus et sont simplement remplacé par une bande LED et souligné par un stripping venant accentuer ce regard. A l’arrière, les intemporels feux ronds ont également cédé leur place à deux fine bandes de LED, cependant hormis l’extrapolation de l’extracteur, ont reconnait aisément la base. Je vous laisse donc seul juge pour cette partie, et je comprends que vous soyez partagé.

 

Upload imagesOn sent le travail aérodynamique de la voiture

 

Mécaniquement :

D’un point de vue mécanique c’est une orgie. Imaginez, V12 Atmosphérique, 6.2l de cylindrée, 800 ch couplé à un moteur électrique de 160 ch pour un total de 960 ch et ce évoluant à plus de 9000tr/mn !!!! Elle fournit également un couple venant vous retourner l’estomac avec plus de 900 nm !!!! Voilà qui force le respect. Pour rappel Bugatti obtenait 1001ch du W16 de 8 l de cylindrée gavé par 4 turbos sur sa Veyron, mais bon dix ans les séparent… Mais pour remettre les choses dans leur contexte, des d’infos circulent parlant d’une puissance de 1050 ch, dans la FXX K, le moteur à été dégonflé pour donner 800 ch et, je ne suis même pas certain que nous ayons la jouissance du système Hy-Kers de la version réel). C’est pour cela que j’annonce 960 ch au total.
La fiche technique annonce également un poids total de 1301kg et des pneus slick. De quoi obtenir des passages en courbes d’un univers parallèle. Mais que donne l’ensemble sur la route sachant que tout est transmis sur les roues arrière.


Upload imagesN’espérez pas la voir sur route ouverte, elle n’est pas homologué

 

Sur la piste :

Comme vous savez, on aime faire connaissance avec nos montures sur divers circuits avant de les confronter sur la piste exigeante du Nurburgring et, aujourd’hui, nous avons pris la route du Mans pour faire connaissance et tester ses performances. Premier constat la voiture est très docile, elle se conduit agréablement bien. Les accélérations sont franches et puissantes. On va déplorer un léger manque de motricité sur les deux premiers rapports quand on y va un peu fort, mais c’est facilement gérable, et afin d’être tout à fait franc, je suis même surpris d’obtenir une telle motricité quand on voit les caractéristiques de l’engin. Avoir un train arrière fumant sur le quatrième rapport ne m’aurait à vrai dire pas vraiment surpris. La voiture se comporte vraiment bien, elle est saine et s’inscrit très bien en courbe, le freinage à l’air puissant et agressif tant mes décélérations sont rapides, à l’entrée de la ligne droite des Hunaudières (notre piste d’essai pour réaliser les chronos de performances de l’ensemble de nos véhicules testés), je cale le régime à environ 5000tr/mn. Je lâche les freins et écrase un peu plus l’accélérateur, la voiture démarre dans un hurlement et une perte de motricité, néanmoins l’accélération reste puissante, si puissante que je claque aussitôt le deuxième rapport, la voiture franchit les 100 km/h, l’ascension continue et la motricité est toujours perfectible, je ne suis pas encore à 100% de la pression exercé sur la pédale de droite, aussitôt que la voiture semble reprendre le fil et que je ne sois plus obligé de corriger la trajectoire, j’enfonce la pédale à fond pour lâcher les 960 ch du V12. Le bruit est ahurissant, un V12 rageur, puissant et ultra nerveux. Il faut reconnaître que les ingénieurs de Maranello ont fait un travail de folie sur la sonorité à l’échappement et qui est fidèlement retranscrit dans le jeu, ça hurle, ca rupte et ça en redemande !!!! L’exercice des 200km/h est une simple formalité puisque franchit presque aussi rapidement que les 100 premiers. C’est simplement incroyable, atteindre cette vitesse en à peine 7.5s, j’ai à peine le temps de comprendre que les rapports s’enchainent pour arriver aux 300 km/h ou la voiture se stabilise un peu en accélération sur le septième rapport. Là où je m’attendais à caresser les 400 km/h, la vitesse max s’établit à 343km/h. A partir de là, je me rends compte que la voiture n’est pas faite pour rouler à une vitesse folle, que le travail des ingénieurs se situe au niveau de l’aérodynamisme afin de privilégier le passage en courbe avec un maximum d’appui. C’est justement ce que je vais aller vérifier sur notre piste de référence, La Norschleife…

 

Upload imagesA haute vitesse et sur les compressions, ca frotte légèrement 

 

Après un premier tour à exploiter le potentiel de l’auto et connaître ses limites, j’enchaîne les tours avec la plus grande prudence, les sorties de virages sont un peu trop violente et présente trop de survirage pour être efficace lorsque j’ai le pied droit un peu lourd. On peut aisément négocier une courbe sur un rapport plus haut tant le couple est disponible tôt et que la reprise est suffisamment puissante. L’auto ne présente pas ou très peu de sous-virage, il faut vraiment rentrer très fort sur les freins pour malmener le train avant, il est très incisif et s’inscrit parfaitement peu importe le virage qu’il faut aborder. Le train arrière lui est plus mobile, l’auto se place facilement, mais on flirte toujours avec la limite du survirage si bien que, inscrire l’auto avec un freinage un peu trop agressif c’est la glisse assuré. Le problème de cette voiture est justement la glisse, elle est pratiquement impossible à contrôler si elle n’est pas déclenchée volontairement. L’auto reste campé sur ses appuis et on finit toujours en tête à queue si un coup de raquette ne vient pas vous éjecter de l’autre côté. C’est une auto qu’il faut piloter finement et proprement pour être efficace, elle est très performante et permet de rouler fort très facilement. Mais pour aller chercher un chrono, il faut de bonnes compétences de pilotage et connaître parfaitement la voiture. Une lecture de la piste est vivement recommandée pour faire ses repères de freinage tant ce dernier est ultra puissant. On se cherche à toujours repousser ce dernier sans trouver la limite des freins. J’ai pu faire un joli petit 6’37, encore une fois il y a mieux, mais il faut retrousser ses manches et cracher dans ses mains tant l’auto à un potentiel caché, notre objectif n’étant pas d’établir un record de référence, mais plutôt de vous montrer son potentiel.

 

Upload imagesTout à été pensé pour la performance

 

Au final c’est un véritable jouet pour gentlemen driver, puissante, efficace elle tient ses promesses et à parfaitement sa place dans Forza 7. Toutefois pour vraiment s’amuser il faudra s’entraîner et enchaîner les tours, car elle n’est pas à mettre entre toutes les mains.

 

Upload imagesOn aime ou pas, mais elle impressionne

 

 

 

Fiche Technique :

Moteur: 12 cylindre en V
Puissance: 960 ch (800ch V12 et 160 moteur électrique)
Couple: + 900 NM
Répartition AV/AR : 41/59
Rapport poids/puissance : 1.3 kg/ch
Intérêt dans le jeu : 90 %

Performances :

0/100 km/h : 3.2s
0/200 km/h : 7.5s
0/250 km/h : 10.59s
0/300 km/h : 16.86s
400m DA : NC
800m DA : NC
Temps Nurb : 6’37”340

 

Upload imagesVoilà son terrain de jeu et, on peut dire qu’elle excelle dans ce domaine

 

 

Cliquez sur ces photos pour les agrandir.
Upload images Upload images Upload images Upload images Upload images

 

Jeu disponible à l’achat ci-dessous

Share Button

No Comments

Laisser un commentaire