Alfa Roméo Giulia Vs World

Présentation :

Aujourd’hui j’ai décidé de vous présenter non pas un modèle mais plutôt un comparatif. Et pour ce comparatif, j’ai sélectionné les meilleurs crus possibles. Je vais donc vous présenter la toute nouvelle Alfa Roméo Giulia QV fraichement débarqué dans Forza Motorsport face à ses plus redoutables concurrentes. C’est ainsi qu’elle va devoir affronter les ténors du segment des berlines sportives qui tiennent une réputation au plus haut niveau depuis de nombreuses années pour certaines. Je vous invite donc à vous asseoir confortablement pour suivre cet essai des plus dynamiques.

 

 

Comme vous vous en douterez, la Giulia va devoir faire face à ses ennemies de toujours que sont l’Audi RS4, la BMW M4 et la Mercedes C63 AMG, faute de pouvoir disposer de l’ensemble des berlines, nous avons dû opter pour la version break de l’Audi et la version coupé de la BMW et de la Mercedes, ce sont certes, des détails importants car esthétiquement cela change tout mais malheureusement Turn10 ne nous as pas offert la possibilité de choisir le volume des modèles. Comme on l’a vue, même si l’aspect extérieur diffère, le cœur de ces bêtes reste identique selon les modèles, cela nous donnera une approche précise du potentiel de la version tri-corps identique à la Giulia. Mais pour rehausser ce comparatif et donner un peu plus de couleur que ce trio germanique face à la petite italienne, nous avons choisis de les opposer également à deux modèles plus méconnus, mais qui disposent de nombreux arguments sous le capot. J’ai ainsi sélectionné la Jaguar XE-S et la Volvo S60 retouché par le sorcier officiel Volvo à savoir Polestar. Nous avons donc 6 véhicules ayant chacun leurs spécificités. Du coupé au break, du 6 cylindre en ligne turbo au gros V8 atmosphérique et de la propulsion aux 4 roues motrices. La puissance allant de 350 ch pour la Volvo à plus de 510 ch pour la toute nouvelle Alfa Roméo. Le combat s’annonce corsé et, est ce que la petite italienne va rivaliser avec les ténors Allemand ou fait-elle fausse route et ne fera pas le poids face aux 4 monstres qui s’oppose à elle ? 

 

DESIGN :

  1. Alfa Roméo Giulia QV
  2. Jaguar XE-S
  3. Audi RS4 Avant B8
  4. BMW M4
  5. Volvo S60 Polestar
  6. Mercedes C63 AMG coupé

 

 

Sur le plan du design, la gagnante est incontestablement la nouvelle Alfa Roméo Giulia QV. Le design frôle la perfection, les designers d’Alfa Roméo sont parvenus à mixer avec réussite élégance et sportivité tout en donnant un sentiment de luxe sur un segment très concurrentiel. La Giulia adopte la panoplie complète de la sportive. pare choc avant avec lame carbone active, capot carbone avec bombage et prises d’air, ailes avant avec ouïes de refroidissement des freins, jupe latéral, quatre sorties d’échappement enfermé dans le diffuseur qui renferme également un extracteur. L’ensemble s’harmonise avec un léger becquet en carbone. A mon sens, seule les jantes ne sont pas à la hauteur de cette version, j’aurais aimé voir les jantes type “téléphone” si chère et fidèle à la marque sur les modèles sportifs.

 

 

La seconde place revient naturellement à Jaguar qui nous propose une XE de toute beauté. On retrouve le classicisme des modèles Anglais avec l’agressivité des nouveaux modèles et de cette finition S tourné vers le sport. La Jaguar verse dans le conventionnel et propose un ensemble complet et qui donne juste l’agressivité qu’il faut à cette XE. Le côté félin de la face avant est juste parfait et les jantes de 20” sont sublimes et laissent apparaitres les énormes mâchoires de frein. La face arrière fait plus chic que choc, seule la double sortie d’échappement bien intégré dans le diffuseur noir vient donner une touche de sportivité, mais l’ensemble est déjà massif et agressif d’origine.

 

 

La troisième place revient à la BMW M4, ce coupé est une véritable réussite esthétiquement, c’est beau, agressif et ca respire le sport, BMW étant habitué des versions sportives sur ses modèles  nous n’en attendions pas moins surtout pour le porte étendard de la marque. La BMW M4 propose l’ensemble complet du sportif de haut niveau, parechoc avant très agressif aux multiples aérations. Le capot est bombé pour accueillir le bloc moteur et les ailes reçoivent des aérations pour refroidir le système de freinage. On retrouve les rétroviseur double branche si chère et fidèle aux modèles ///M de la marque. La face arrière reprend les mêmes codes que l’avant, un dessin torturé mais très réussi, les quatres sorties d’échappement sont légèrement centrées et la malle arrière reçoit un bombage qui fait office de becquet, la voiture est parfaitement posé au sol et bien campé sur ses jantes à grand diamètre.

 

La quatrième place à été plus difficile à attribuer, la bagarre entre l’Audi RS4 et la Volvo S60 à été délicate à partager car d’un côté, nous avons Audi qui propose un break à l’allure générale connue et qui évolue doucement au fil des années sans jamais prendre de risques, quand chez Volvo on ose se remettre en question sur le plan visuel de sa nouvelle S60 et le résultat est plus que convaincant. Fini les angles droit des précédents modèles, on à un véhicule qui va clairement chasser sur les terres des Allemands avec un design plus en douceur et tout en rondeur. La version Polestar propose quand à elle d’habiller la S60 en tenue de sport. Ce qui a vraiment départagé ces deux modèles est plus la cohérence de la RS4, tout est pensé, travaillé, quand dans la S60 l’ensemble est moins homogène.

 

 

L’Audi RS4 reste fidèle à la recette de son succès, on navigue clairement dans la sportivité mais sans excès, seul les amateurs sauront la reconnaître du premier coup d’oeil, pourtant elle à l’attirail complet. Ailes avant et arrières élargies à méplat, parechoc avant très travaillé et aéré, calandre proéminente, jantes et freins gros diamètre. La face arrière n’est pas en reste avec deux énormes sorties ovalisé enfermés aux extrémités du diffuseur, l’ensemble se termine avec un léger becquet posé sur le haut de la lunette, l’ensemble impose quand on voit l’ensemble des détails du modèle.

 

 

la S60 de chez Volvo, c’est un peu l’outsider de ce dossier, Volvo étant un constructeur un peu à part dans l’automobile, et son design ne déroge pas à la règle, pourtant, le nouveau design de la marque devient mans anguleux et plus harmonieux, fini les angles droit et place aux courbes et galbe, cette version T6 revu par le préparateur maison Polestar offre en plus à ce modèle d’être perçu différemment. J’ai pas mal d’a priori sur cette marque que je vous évoquerais dans un prochain test. Cependant, ce modèle m’a bien surpris, visuellement c’est très agréable et réussi, on s’aperçoit vite que le véhicule est revêtu d’un kit carrosserie plus que des éléments étudiés à partir d’une feuille blanche. On retrouve donc un parechoc avant de S60 de série sur lequel à été greffé une lame avant. Des jantes imposante de 20” sont également de la partie et je suis vraiment fan de ces dernières, avec celle de la Jaguar, je trouve que c’est les plus réussi. Sur la partie arrière, Polestar s’est contenté de peindre en noir le diffuseur et de coller une sortie d’échappement à chaque extrémité. On trouve toutefois un imposant becquet sur la malle de coffre pour apporter un peu plus d’appuis. L’ensemble est très jolie surtout dans cette teinte bleue rebelle, mais on est dans ce que pourrait proposer n’importe quel petit préparateur. Pour une version constructeur, je m’attendais à mieux.

 

 

Nous terminerons ce chapitre avec la dernière place qui revient donc à la Mercedes C63 AMG coupé. Il faut savoir que si l’ensemble des véhicules avait été proposé en berline le résultat aurait été différent. Cette dernière place est peut être pas mérité à la Mercedes penserez vous, mais je ne supporte pas la ligne du coupé, surtout la partie arrière qui tombe et qui rend l’ensemble lourd, pataud et incohérent avec la face avant qui reprend les codes de la berline. La ligne générale donne dans l’élégance sans être très sportive et n’en propose pas autant que ses concurrentes. C’est dommage car il manquait pas grand chose, le parechoc arrière est très réussi, le diffuseur renferme un extracteur d’air et les quatres sorties d’échappement sont du plus bel effet, le parechoc avant quand à lui à été retravaillé avec de larges aérations pour alimenter le moteur en air frais, mais c’est à peu près tout.

 

Au volant :

  1. Mercedes C63 AMG coupé
  2. Alfa Roméo Giulia QV
  3. BMW M4
  4. Jaguar XE-S
  5. Audi RS4
  6. Volvo S60 Polestar

 

 

Au volant, c’est la Mercedes C63 AMG qui procure le plus de plaisir, c’est un monstre qui ne demande qu’à jouer, le train arrière ne cesse de nous titiller pour passer devant dès que la pression sur l’accélérateur est un peu trop forte. C’est grisant pour l’efficacité, mais que c’est bon!!!!! Le V8 rugit quelque soit le régime et quelque soit le rapport, dans un bruit caverneux sans concurrence, on à vraiment la sensation d’être au volant d’une mini SLS AMG. Si vous cherchez du fun pur et dur sans vous soucier de l’efficacité et du remplacement prématuré des pneumatiques c’est elle qu’il vous faut.

 

 

La nouvelle Alfa Roméo Giulia, qui pêche devant la C63 distille toutefois un des meilleurs compromis possible, l’auto est très plaisante à piloter, le V6 biturbo de 510 ch offre une sonorité très agréable et parfaitement travaillé surtout dans les hauts régime. On à une auto qui se place très facilement et qui permet des dérives gérables naturellement. Avec un pied un peu lourd, on brûle de la gomme, ca fume et ca glisse dans tous les sens. Ce que l’Alfa perd en brutalité, elle le gagne en facilité.

 

 

La BMW M4 qui ferme ce podium est géniale à piloter, elle est joueuse et ne manque pas de motricité. Théoriquement, c’est la plus fun, et la plus simple à piloter, l’auto se place de façon aisé, elle reste ferme sur ses appuis et glisse juste ce qu’il faut, mais il lui manque ce côté agressif qui arrache le bitume à chaque sollicitation de l’accélérateur, comme peut le proposer la C63 et la Giulia de façon amoindri. Le 6 cylindre en ligne est rageur et performant, la puissance arrive de façon progressive et ne mets jamais à mal le comportement, ou alors il faut vraiment être violent…

 

 

La quatrième place revient à la Jaguar, malgré sa puissance en retrait face à ses concurrente, elle parvient à donner du plaisir malgré les 380ch que dispose son V6 3 litres. L’auto à un train avant assez lourd, mais en inscrivant bien l’auto, l’arrière offre de belle dérive qu’il faut juste maintenir grâce à votre pied droit (ou gâchette de droite). On aurait bien évidemment aimé disposer de 50ch supplémentaire, mais toutefois, elle s’en sort déjà bien et je ne sais pas si le châssis encaisserai facilement une puissance supplémentaire

 

 

Comme vous vous en doutez, les deux dernières places reviennent aux 4 roues motrices, on va donc retrouver l’Audi RS4 qui avec son V8 FSI de 450 ch offre une stabilité et une motricité parfaite, mais malheureusement les 4 roues motrices gâchent en partie ces caractéristiques. Toutefois cette RS4 à un châssis vraiment plaisant et joueur si on sait comment le prendre, en plaçant franchement le train avant, l’arrière survire et, sur les 3 premiers rapport on arrive à maintenir une glisse agréable mais pas franchement idéal, on sent que la voiture n’est pas à l’aise, par contre si vous n’êtes pas franc dans son placement, ou que vous rentrez trop fort sur les frein, c’est sous virage assuré, l’auto file droit et il ne vous reste plus qu’à attendre. La sonorité est typique d’un V8 Allemand, ca grogne et ça envoi fort et très haut dans les tours, avec des retours de gaz à l’échappement.

 

 

La Volvo S60 ferme donc ce comparatif sur les prestations dynamique. L’auto est performante, mais la puissance des 4 roues motrices semble mal distribué avec trop de répartition sur le train avant, ajoutez à cela un moteur à l’avant, et vous obtenez une auto avec un sous virage permanent. En poussant l’auto dans ses retranchements, elle semble mal à l’aise et souffre d’un train avant trop lourd, mais lorsque vous êtes moins agressif, le train avant s’inscrit parfaitement et il est possible de prendre du plaisir si on ne cherche pas la glisse, car la conduite se rapproche plus d’une traction avant qu’une véritable 4 roues motrice.

 

Performances :

  1. Mercedes C63 AMG coupé
  2. Alfa Roméo Giulia QV
  3. Audi RS4 Avant B8
  4. BMW M4 coupé
  5. Volvo S60 Polestar
  6. Jaguar XE-S

 

 

En terme de performance les chiffres de puissance reflète le classement. On trouve néanmoins un très beau duel entre la Mercedes C63 AMG et l’Alfa Roméo Giulia QV qui développe 510 ch chacune, les résultats sont très serrés et le V6 italien doit s’incliner face au V8 Allemand. Pourtant les performances ont été très proche et ce jusqu’à la vitesse de pointe puisque la C63 effectue le 0-250 km/h en seulement 22.44s quand la Giulia effectue 26.44s sur le même exercice. Toutefois la tendance s’inverse puisque pour atteindre les 300 km/h la Giulia ne réclame que 45.41s quand la C63 s’essouffle et atteint cette même vitesse en 49.95s. On voit clairement que la Giulia continue sa performance quand la C63 à tout donné. La Giulia s’offre une vitesse de pointe de 314 km/h.

 

 

 

A la troisième place on retrouve naturellement la RS4 de chez Audi, véritable monstre avec son V8 de 450ch, elle arrache le bitume a chaque accélération, le poids des 4 roues motrices n’aident pas à haute vitesse mais améliore grandement les départ. Pour atteindre les 100km/h elle est catapulté en à peine 3.74 secondes, les 4 roues motrice lui permette vraiment de s’accrocher aux C63 et Giulia malgré le déficit de puissance. Elle s’essouffle légèrement avant de franchir les 200 km/h, les 1795 kg se faisant sentir.

 

 

La BMW M4 est au pied du podium mais offre toutefois de très bonnes performances qui lui permette de se maintenir légèrement en retrait. Avec un 0-100 km/h franchit en 4.61 s et les 200 km/h envoyé en 15.66 s elle fait une très belle accélération, le traditionnel 6 en ligne faisant le travail avec panache.

 

 

Les deux dernières places sont occupés par la Jaguar et la Volvo, le résultat était attendu vu le déficit de puissance qu’elle présente, toutefois, la Volvo s’en sort mieux grâce à ses 4 roues motrices et sa boite mieux étagé pour les départs, la Volvo colle plus d’une seconde sur l’exercice du 0-100km/h et la Jaguar revient peu à peu sans parvenir à prendre le dessus. Seule la vitesse de pointe autorisé par cette dernière lui permet de prendre l’ascendant, puisqu’elle plafonne à 294 km/h quand la Volvo atteint péniblement les 288 km/h.

 

 

Face au chrono :

  1. Alfa Roméo Giulia QV
  2. Mercedes C63 AMG coupé
  3. BMW M4
  4. Audi RS4 Avant
  5. Volvo S60 Polestar
  6. Jaguar XE-S

 

Sur la boucle nord de la Nordschleife se sont affronté ces 6 modèles et la bataille à été rude jusqu’au dernier virage.

 

 

L’alfa Roméo Giulia culmine en haut de notre podium à la première place, c’est une voiture incroyable, elle est saine et très progressive, même lors d’une attaque un peu trop optimiste. La voiture est joueuse avec une fâcheuse tendance au survirage, mais si vous maitrisez bien les accélérations en sortie de virage, vous ressortez comme une balle. C’est un véritable avion, elle ne s’essouffle jamais, même dans le faux plat à mi parcours, l’auto prend une vitesse folle. Le plus dificile à été de la mener sans encombre tant on à l’impression qu’elle peut tout faire. Au terme de nos 2 tours, nous avons obtenu un honorable temps de 7’47” qu’il faut rapprocher au 7’43” de son laptime officiel.

 

 

La seconde place est obtenu par la Mercedes C63 AMG, véritable dragster roulant. C’est la voiture la plus difficile à mener de ce comparatif, très difficile à mener sereinement, le train arrière tiens toujours à passer devant et ce, quelques soit la vitesse, ou le rapport engagé. Cette auto demande la plus grande concentration pour être menée rapidement, elle est même un peu piégeuse quand on s’attend pas à la dérive ou que l’on ne la provoque pas volontairement. Il a fallu que je m’y reprenne à plus de 5 fois pour obtenir un chrono propre et comme vous le verrez avec quelques glissades. Je suis parvenu à obtenir un bon 7’59”.

 

 

La BMW M4 ferme le podium avec un temps de 8’07”, c’est un très bon temps compte tenu de la puissance en léger retrait face à la RS4. Cette M4 c’est pratiquement l’auto parfaite, elle est très joueuse et très progressive, peut être même plus que la Giulia, le moteur donne le ton et le châssis encaisse parfaitement et sans broncher. L’auto glisse quand on lui demande et on la rattrape avec la plus grande facilité ce qui lui vaut de pouvoir être menée facilement à très rapidement. En étant à la limite en entrée de courbe, les sorties de courbes se font avec un léger sous virage ce qui demande à mieux placer l’auto afin de la faire glisser naturellement, mais elle est tellement facile que tout se fait tout seul, vous n’avez qu’à vous amuser.

 

 

Vous vous en doutez, la RS4 talonne la M4 de très peu puisque j’ai fait un temps de 8’09”. C’est très bien mais le circuit n’est pas le terrain de jeu idéal pour cette RS4, la faute aux 4 roues motrices qui viennent alourdir péniblement le train avant de cette Audi, Si cette RS4 sortait en propulsion, ce serait un massacre, une tueuse de M4 et C63. Malheureusement on doit faire avec. L’auto est très performante toutefois et plutôt safe. Tout ce que vous risquez, c’est du sous virage si vous arrivez trop fort en entrée de courbe, en sortie de courbe c’est pareil, remettez les gaz et ca tire tout droit. C’est assez simple quand on a compris, mais quand on brusque l’auto en entrée et en sortie de courbe, la RS4 montre une deuxième facette, l’auto glisse des 4 roues avec une légère dérive, qui permet de contrer le sous virage et d’enrouler la courbe tout en maintenant sa vitesse. Elle demande un peu de doigté pour être menée de la sorte sur un tel circuit mais elle s’en sort honorablement quand je pensais qu’elle ferait pâle figure.

 

 

 

Nous avons ensuite la Volvo S60 qui fait un temps de 8’16”, c’est bien compte tenu de ses 4 roues motrices et de seulement 350 ch mais c’est inefficace face à ses concurrentes direct. C’est dommage car j’aurais aimé les voirs tenir la dragée haute mais bon. Le comportement de la Volvo est tout sauf passionnant, elle se comporte comme une traction à qui on aurait greffé des roues arrières motrices pour l’aider à pallier un manque de motricité. L’auto souffre cruellement de sous virage ce qui rend sa conduite différente de ce que l’on attend d’elle. Le chrono confirme qu’elle arrive à être efficace tout en étant facile, mais impossible de mettre plein gaz en milieu de courbe pour enrouler une courbe sans écarter la trajectoire et viser le rail de sécurité. Cela dit c’est une bonne petite voiture, qui malgré cette mauvaise sensation, arrive à offrir de belle performance sur cette piste.

 

 

 

La Jaguar ferme ce classement avec un temps de 8’19”. Que dire à part que c’est un très mauvais temps. Bon, je dois le reconnaitre, ce n’est pas ce qu’on attend de Jaguar, mais force est de constater que mécaniquement, elle à de la voix, mais niveau comportement il y à encore du travail. La voiture se comporte de différente façon, il y a ce côté sous vireur à haute et moyenne vitesse ou il est impossible de dévérouiller l’arrière afin de jouer un peu avec ses limites, ca tire tout droit emmené par le poids important sur les roues avant, alors que, sur les trois premier rapports, l’auto à un comportement plutôt agréable ou l’on fait ce que l’on veut pour peu que l’on ai pas écrasé le train avant sur un freinage trop appuyé, on arrive à sortir de courbe avec un léger angle et à catapulter l’auto jusqu’au prochain virage. Comme quoi, il ne suffit pas de gonfler un moteur avec un compresseur et de lui coller des grosses jantes pour faire une voiture de sport.

 

Bilan :

 

 

Le bilan est plutôt bon, nous avons de très bonnes berlines qui propose des qualités qui se ressentent même dans le jeu. Mais c’est évidemment la Giulia qui remporte ce match avec une large tête, l’auto réunit vraiment tous les éléments de la réussite, un design parfait, des performances de haut niveau, un comportement routier sans défaut, Alfa à réussi son pari. Celui de venir sur un terrain germanique et de dire : Dorénavant c’est moi qui mène la danse et, il y aura moi vs, le reste du monde. Elle offre les prestations de la C63 AMG et de la BMW M4 réunie, c’est un véritable sans faute et j’espère qu’Alfa Roméo avec la participation de Ferrari vont proposer des évolutions de la Giulia avec des orientations pistes et/ou plus puissantes afin de concurrencer les C63 black séries ou M4 GTS, mais même sans cela, ce serait intéressant de les comparer. Mécaniquement c’est un chef d’oeuvre, un moteur progressif et mélodieu, et des performances de premier ordre. Merci Ferrari et merci Marchione d’avoir redonner à Alfa Roméo sa noblesse d’antan.

 

 

J’attribue la seconde place à la BMW M4, qui au delà du manque de puissance, offre un comportement très joueur et très sain, l’auto n’est jamais piégeuse et son moteur est très progressif, on sait toujours où se trouve les trains roulants et ce que l’on fait avec, c’est une école de pilotage à elle seule. Visuellement elle est très réussi et ne manque pas d’agressivité, mais il lui manque ce petit plus pour pouvoir titiller la Giulia et la mettre à mal, même avec une puissance équivalente, elle n’aurait pas réussi sur le plan du design et du plaisir au volant.

 

 

C’est la C63 qui ferme la marche du podium, cette C63 c’est l’opposé de la Volvo, elle est d’une brutalité sans pareille, un véritable monstre, une machine à fumer la gomme. Mercedes à fait une machine à sensation exceptionnel, j’aurais aimé qu’elle soit proposé en berline dans le jeu car c’est véritablement la seule qui aurait pu venir déranger la Giulia, puissance équivalente, mais sensations plus extrême. L’auto est bien plus difficile à piloter que la Giulia, l’auto demande toujours à être de travers et demande, plus de doigté afin d’être piloté finement. Mais sur des petits circuits, on se surprend à obtenir de belles dérives fumante couplé au rupture du V8 AMG sans même toucher au réglage ou à augmenter la puissance.

 

 

La RS4 trust la 4ème place, véritable missile sol/sol, c’est une auto parfaite, peut être trop malheureusement, ses 4 roues motrice lui gâche son comportement, mais une RS sans le système Quattro GMBH n’est plus une RS. Les modèles sport de chez Audi ont leur clientèle qui ne jure que par ce système malgré les inconvénients qui lui incombe et principalement le poids. Le train avant manque de précision à l’inscription et souvent l’auto se cherche en sortie de courbe entre sous et survirage. Au delà de cela, elle ne souffre pas de manque de motricité et profite d’une stabilité à haute vitesse sans faille, même lorsque le V8 gronde à haut régime et distille des retour de gaz dans les échappements à chaque descente de rapport, le V8 FSI joue sur un autre registre que celui de la C63 AMG, mais il a beaucoup de qualité, comme sa linéarité. Le design est parfait, c’est massif, sportif et discret, comme toujours, et c’est peut être bien cela le plus gros problème de la RS4, son manque d’extravagance, hormis la teinte bleue électrique, il ne se passe rien visuellement pour celui qui ne connaît pas le modèle.

 

 

 

 

Jaguar XE-S termine  à la 5ème place malgré moi, j’ai cherché au maximum ou je pouvais revoir mon jugement et donc, mon classement, mais pour rester objectif sur ce comparatif, je me dois de la mettre à la 5eme place. Attention cela ne veut pas dire que l’auto est mauvaise, loin de là, c’est juste que face à des modèles si efficace, si performant et si extravagant bah malheureusement Jaguar ne peut pas suivre, il faudrait lui coller un V8 de plus de 500 ch comme sur l’ancien modèle pour qu’elle soit dans la course, dans l’état actuelle des choses, cette XE-S devrait plus se confronter à une 335i ou une S4 plutôt qu’au supersportive des marque. Elle peine malgré un châssis ferme et efficace, mais elle fait tout cela dans une élégance et un charme fou. Mécaniquement elle offre une sonorité agréable mais qui n’a pas la hargne et l’envie d’en découdre. En tout cas, pour moi, c’est un véritable coup de coeur.

 

 

 

 

La Volvo à beaucoup de mal dans ce comparatif, mauvaise nulle part, elle n’excelle pas pour autant. C’est un véhicule qui à sa clientèle de taliban qui ne jure que par la robustesse de la marque et de la sensation de sécurité. Sportivement, elle est à l’ouest, efficace en ligne droite, elle permet de se maintenir, mais son comportement routier n’a rien de sportif, jeter l’auto de virage en virage ne fait qu’apparaitre un sous virage important, il faut être très souple avec cette dernière pour aller chercher un chrono satisfaisant. C’est dommage car visuellement, je dois reconnaître qu’elle est très agréable, malgré le kit carrosserie qui fait un peu amateur. Ce qu’on pourrait tolérer d’un préparateur comme Alpina, Hartge, Brabus ou autre ne peut être toléré chez un modèle sportif du constructeur et le problème c’est que toute la voiture est dans le même esprit, c’est brouillon et il s’en dégage la sensation qu’ils n’ont pu aller au bout de leur projet. Du coup, on se retrouve avec une auto qui va vite, mais qui ne montre aucun signe d’efficacité. Je pense qu’avec une répartition de la puissance différente sur chaque essieu les sensations aurait été totalement différente, mais encore une fois, ce n’est pas ce que cherche les clients Volvo…

 

Fiche Technique et Performance

Alfa Roméo Giulia QV

Moteur : V6 biturbo 2.9l

Puissance 512 ch

Transmission : roues arrières

Poids : 1734 kg

Couple : 600 NM

Répartition : 50 %

Vitesse max : 314 km/h

 0/100 km/h : 3.74 s

0/200 km/h : 14.70 s

0/250 km/h : 25.58 s

0/300 km/h : 45.41 s

400 m/DA :

800 m/DA :

Tour Nürburgring : 7’47”

 

 

Audi RS4 B8

Moteur : V8 biturbo 4.2l

Puissance 450 ch

Transmission : 4 roues motrices

Poids : 1795 kg

Couple : 430 NM

Répartition : 53 %

Vitesse max : 305 km/h

 0/100 km/h : 3.74 s

0/200 km/h : 14.35 s

0/250 km/h : 24.96 s

0/300 km/h : 50.71 s

400 m/DA :

800 m/DA :

Tour Nürburgring : 8’09”

 

BMW M4

Moteur : 6 en ligne bi-turbo 3.0l

Puissance 436 ch

Transmission : roues arrières

Poids : 1537 kg

Couple : 550 NM

Répartition : 52 %

Vitesse max : 298 km/h

0/100 km/h : 4.61 s

0/200 km/h : 15.66 s

0/250 km/h : 28.08 s

0/300 km/h : NA

400 m/DA :

800 m/DA :

Tour Nürburgring : 8’07”

 

Jaguar XE-S

Moteur : V6 3.0l compresseur

Puissance 345 ch

Transmission : roues arrières

Poids : 1718 kg

Couple : 451 NM

Répartition : 53 %

Vitesse max : 294 km/h

0/100 km/h : 5.38 s

0/200 km/h : 18.37 s

0/250 km/h : 32.57 s

0/300 km/h : NA

400 m/DA :

800 m/DA :

Tour Nürburgring : 8’19”

 

Mercedes C63 AMG coupé

Moteur : V8 6.2l

Puissance 487 ch

Transmission : roues arrières

Poids : 1800 kg

Couple : 700 NM

Répartition : 53 %

Vitesse max : 307 km/h

 0/100 km/h : 4.12 s

0/200 km/h : 13.19 s

0/250 km/h 22.44 s

0/300 km/h : 49.95 s

400 m/DA :

800 m/DA :

Tour Nürburgring : 7’59”

 

Volvo S60 T6

Moteur : 6 en ligne turbo

Puissance 350 ch

Transmission : 4 roues motrices

Poids : 1671 kg

Couple : 501 NM

Répartition : 62 %

Vitesse max : 288 km/h

 0/100 km/h : 4.19 s

0/200 km/h : 17.13 s

0/250 km/h 31.80 s

0/300 km/h : NA

400 m/DA :

800 m/DA :

Tour Nürburgring : 8’16”

Je tiens à remercier vivement les photographes qui ont participé à ce comparatif. Je vous invite à vous rendre sur leurs profils et d’admirer leur travail.

Un grand merci à :

Alexandre Cacaux

Christopher Martin

Pascal Baron Rouge

Si vous n’avez pas lus nos précédents tests je vous invite à les les visionner en cliquant sur les liens ci-dessous :

BMW M5 E28

Ferrari FXX-K

Je vous joint également la galerie photo de gros comparatif, j’espère que ces superbes clichés vous plairont.

Alfa Roméo Giulia QV

Audi RS4

BMW M4

Jaguar XE-S

Mercedes C63 AMG

Volvo S60 T6 Polestar

Merci à tous d’avoir lu ce comparatif et j’espère qu’il vous aura plus. Si c’est le cas, merci de le partager autour de vous pour pouvoir nous soutenir. Je vous invite à liker notre page Facebook et à laisser un petit commentaire.

A très bientôt pour un prochain essai!!!

 

 

Jeu disponible à l’achat ci-dessous

Share Button

No Comments

Laisser un commentaire